14 juin 2013

La Muraille : done !

Celui qui n’a pas gravi la muraille n’est pas un homme.
Bù dào chángchéng fēi hǎohàn.
               好  
Pour nous, c’est chose faite, nous sommes de vrais bonhommes maintenant !
C'était le 25 avril 2013, lendemain de mon anniversaire fêté à Běijīng 北京 avec la famille de Maxime venue nous rendre visite!

Nous optons pour le site de Mutianyu, à 90km au nord de la ville, le site de Badaling étant le site touristique par excellence qu’on souhaite éviter et le site de Simatai et les autres étant réservés aux grimpeurs, aux vrais, aux puristes !
On ne veut pas y aller en taxi privatisé à $$$ la journée, donc on se renseigne sur les bus1 : le 916 express s’y rend, il suffit de se rendre à la gare routière Dongzhimen (situé juste à côté de la station de métro du même nom). Arrivés sur place, tout est très bien indiqué, le bus est même en train d’embarquer les passagers : seul problème, il ne reste pas 5 places assises, mais un monsieur de la compagnie de bus (un contrôleur(?) que nous appelleront Chang pour les besoins du récit) nous fait monter quand même. Maxime et moi seront assis par terre une bonne partie du trajet. Délestés de 11kuai/personne, le trajet est sensé durer 1h30, nous déposer à la station Huairou, et de là nous sommes sensés emprunter un taxi/minivan qui monte jusqu’au site pour 30kuai nous précise le Lonely.
Malheureusement, nous devons avoir des têtes de touristes à côté de nos pompes car après 1h de trajet, le bus s’arrête à un arrêt, et il suffit à Chang de nous ordonner de descendre d'un air "allez hop hop hop" pour qu'on s’exécute sans réfléchir (avec un autre homme de nationalité hispanique)! Une fois le pied à terre, nous regrettons déjà : pourquoi les chinois du bus ne viennent pas eux aussi ... oh éh pourquoi le bus repart, il va oùùùù ? Chang, descendu également nous demande de le suivre... Alors qu’il ouvre la porte d’un minivan, il annonce la couleur : maintenant, c’est 40kuai/tête pour nous amener jusqu’au site du GW. Les réponses à nos interrogations paraissent alors évidentes, nous nous sommes fait bien avoir. Ne pas nous laisser le choix quand à la suite du trajet, voilà tout … Une négociation du prix s’avère alors indispensable.

Le 6ème laowai descendu avec nous perd rapidement son calme quand il comprend ce qu’il se passe, si bien que le chauffeur ne veut pas le prendre dans son minivan. Les 2 hommes ne s'apprécient pas et le font savoir ouvertement! Chang prétexte qu’il n’a qu’une licence pour transporter 5 personnes à bord de son minivan (ce qui est écrit sur sa carte et sur une plaque dans le minivan, donc potentiellement vrai, et malgré qu’il y ait jusqu’à 7 places assises!) Il a beaucoup de mal a baisser son prix et accepter la 6ème personne, Maxime usant pourtant de tous ses charmes!
Chang joue la comédie, grimace, sort un document affichant les soi-disant prix officiels 
Nous voyons passer un 916, puis un autre et la question se pose de remonter à bord …
Après bien des efforts, Chang fini par céder à 90kuai/minivan et accepte la 6ème personne (la question à laquelle nous n'aurons jamais de réponse étant "pourquoi l’a-t-il fait descendre du bus 916 s’il savait pertinemment qu’il n’avait de la place que pour 5?").
Une fois tous installés à l'arrière du minivan, Chang passe un coup de fil … et en quelques secondes nous fait tous redescendre en répêtant qu’il ne peut pas prendre 6 personnes ! S'engage alors une longue discussion dans laquelle Chang nous incite à laisser l’homme là et monter sans lui, ce que nous refusons d’abord en retournant à l’arrêt de bus prendre le 916 qui pointe à l'horizon. L'entourloupe étant surement rodée, la contrôleuse refuse que l'on monte à bord du bus …

Le temps passe, et ce que nous voulons c’est voir la Muraille! La décision de monter à 5 dans le minivan et de laisser l’homme se débrouiller fini par s'imposer d'elle-même. Ce-dernier nous conforte dans notre idée en nous répétant qu’il comprend, mais reste énervé et ne tari toujours pas d’insultes envers Chang le contrôleur-chauffeur-arnaqueur!
Sur la route, Chang hélera ses collègues taxi de ne pas prendre l’homme que nous avons laissé, et nous pensons même qu’il va jusqu’à passer des coups de fil afin de le black lister bien comme il faut !
25 minutes de route plus tard, nous sommes au pied de la Muraille. Chang entame alors la suite de son plan : nous coller pour savoir si l’on souhaite qu’il nous attende pour le retour, ce qu'on refuse, mais le bougre a beaucoup de mal à lâcher prise!

ENFIN ARRIVÉS ...
A Mutianyu, on peut monter de différentes manières jusqu’aux remparts : à pieds, en télécabine ou en téléphérique (voir à dos de chameau ou à cheval !). On peut également redescendre de diverses façons : à pieds, en télécabine, en téléphérique, en toboggan ou à dada ! Nous choisissons de combiner montée en télécabine et descente en toboggan et achetons tous nos billets par avance. Ce sont des compagnies différentes qui opèrent selon les moyens empruntés, donc il n’y a pas de « tarif aller/retour » si l’on opte pour 2 chemins différents à la montée et à la descente2.
Nous achetons au passage bananes et pommes pour garder la pêche !

Une fois en haut, la vue est impressionnante, et c’est parti pour 2h de « rando tranquille » sur les remparts ! Ca monte, ca descend, les marches se suivent mais ne se ressemblent pas ! On traverse plusieurs tours de guets, sans comprendre toutes les subtilités de construction. Les remparts, et surtout les murs de ceux-ci sont construits en suivant la courbe de la montagne, nous amenant à nous poser beaucoup de questions sur la façon dont ils s’y étaient pris ! Autour, la terre est sèche, il n’y a pas de végétation luxuriante, mais parfois ci ou là, un cerisier en fleurs caresse les remparts. On aperçoit les vrais randonneurs qui montent ou descendent, équipés de la tête aux pieds. Ce 25 avril, il n'y a pas beaucoup de monde et c'est vraiment agréable. On croise beaucoup de français, de petits magasins d’appoints pour boire un coca à 2€50 ou manger un snickers au même prix, des chinoises sur leur 31 (comme toujours), … !



»»»»» CLIQUEZ SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR «««««

1 millier de photos et de marches plus tard, nous nous retrouvons au toboggan. L'ascension des remparts, elle, continue, et nous ne sommes pas fatigués. Let’s go ! Mais forcément, les choses se compliquent quelques peu : les marches des escaliers mesurant dorénavant plus de 50 cm de haut et la pente est quasi à pic ! Une autre facette de la Muraille, moins accessible, mais plus aventureuse - nous aussi on veut notre moment grimpette pour faire comme les vrais ! Nous allons jusqu’au bout de cette partie de la Muraille (toujours restaurée tout de même), les remparts s’arrêtant net juste derrière une tour de guet, avec un panneau indiquant que « la suite n’est pas accessible au public ».
Demi-tour, nous descendons toutes ces marches que nous venons de gravir au péril de notre vie et quasiment en rappel !

Ca monte ...
on vient de tout là-bas au loin!
La dernière tour de guet

... et ca descend !


yes, we can !



De nouveau au point toboggan, il est temps d'embarquer chacun sur notre bolide … mais nous faisons l’erreur ultime de mettre en première la personne du groupe qui a le plus peur : la maman de Maxime ! Peut être serions nous tous morts si elle ne nous avait pas freiné ! Cela ne nous a pas empêché de jouer aux autos tamponneuses!







Au retour, les chauffeurs de taxis sont sur le pied de guerre pour se partager les visiteurs, et les prix annoncés de prime abord nous laissent dubitatifs. Bien décidée à ne pas me faire avoir ce coup-ci, j’insiste sur le fait que le prix annoncé dans le Lonely est de 30rmb/minivan … et finalement, après quelques grimaces, il nous en coûtera 50rmb. Le chauffeur nous dépose à un arrêt de bus ou le 916 arrivera presque directement. Nous avons toutes les peines du monde à monter dans le bus car nous n’avons pas l’appoint pour les 5x12rmb de tickets. Je prends l’initiative de demander de la monnaie à n’importe quel chinois généreux installé dans le bus, et fini par en trouver un auprès duquel j’étais passée en 1er (et qui m’avait répondu "j'ai pas" "méiyǒ没有" sans daigner chercher -_-', il aura attendu patiemment que je fasse tout le bus!) Installés au 4 coins du bus, nous repartons pour 1h30 de trajet direction le terminus gare routière, puis re-métro pour quelques arrêts, puis enfin les dernières 15 minutes de marche de la journée ! (enfin Maxime, son papa et son frère repartiront quand même 30min plus tard direction Beijing Railway Station pour acheter nos billets de train retour, retour programmé au lendemain soir ou sur-lendemain matin … une tout autre histoire !)



1 D'après d'autres infos glanées sur internet, le bus 867 et 936 font également ce trajet au départ de Dongzhimen. Le 867 fait a priori le trajet en entier jusqu'à Mutianyu, mais la station de départ est difficile à trouver. Quant au 936, de plus amples informations sont à rechercher.

2 Prix/pers :
-entrée sur les remparts : 45rmb
-montée en télécabine 60rmb, aller/retour 80rmb
-montée en toboggan(téléphérique) : 60rmb, aller/retour 80rmb
On ne connait pas le prix des chevaux, mais il est surement négociable !
Si vous hésitez sur le moyen de descente, sachez qu'il est possible d'acheter les billets retour une fois en haut, qu’il s'agisse du toboggan, télécabine, ou descente à chevaux ...


Article précédent                                                                                                                                                                 Article au hasard