26 juin 2012

Police, chinois, police chinoise, chinois, merci, 1000rmb d’amende, non finalement OK, expulsion la prochaine fois, ok c’est bon, non attends reviens, non OK c’est bon…


Vous n’avez rien compris au titre ? Fichtre nous non plus ! il nous est arrivé encore une aventure chinoise du feu de dieu et assez irréelle…

L’aventure pour se faire enregistrer à la police de Shanghai – 20 et 21/06/2012

Quand on emménage dans un appartement en Chine, quand on est à l’hôtel, quand on séjourne chez un copain pendant 15 jours (merci Louis), une obligation : s’enregistrer à la police dans les 24h qui suivent le changement d’adresse.
Alors, pour mettre un peu de piment dans votre emménagement, ne suivez ce que dit la police chinoise et faites comme nous : aller à l’hôtel pendant 1 mois en étant enregistré, donc jusque là dans les règles, puis aller 15 jours en coloc sans vous déclarer, pour finir par emménager dans votre propre appartement 1 mois 1/2 après l'arrivée sur le sol chinois et ne se déclarer que 6 jours après à la police de son quartier.

Avec tout ça on peut commencer une belle aventure d’enquête/contre-enquête chinoise avec du suspens, de l’action, de l’espoir, de la douleur, de la patience et surtout du n’importe quoi.

En tant que bon français râleur et irrespectueux des règles, nous avons emménagé dans notre nouvel appartement le 14 juin dernier. Vivant d’eau et d’herbe fraîche, nous avons vécu 6 jours sans se douter qu’un plan anti-laowai (comprenez anti-étranger) se préparait dans les bureaux sombres du parti. En effet, ces derniers jours ont été lancés les olympiades de la chasse au laowai en situation irrégulière, en infraction, ou en tort. De part ce fait, hier matin, j’ai été arrêté à la sortie de ma résidence par 8 policiers afin de contrôler mes papiers. Tout allait bien jusqu’à ce qu’ils me disent de vite aller m’enregistrer au poste de police le soir même afin de régulariser notre situation et de ne pas avoir de problème.

Apeuré de ne pas avoir respecté les règles mais râlant de cette arrestation car je suis un bon français, nous sommes allés à 16h20 au poste de police le plus proche donné par le site du gouvernement chinois. Arrivé au lieu dit, vois tu pas que c’était une caserne de pompier ! Diantre et sacre bleu, 30 min d’explication s’en suivent car les pompiers pensaient qu’il y avait une urgence, appelant le 110 (les secours) puis un service de secours en anglais pour finalement expliquer que nous cherchions uniquement le poste de police le plus proche.
Chose faite, nous voila repartis en scooter électrique sur pingxingguan lu à la recherche de ce fameux poste de police de notre cher quartier de Zhabei (prononcé Djabeille). Parcourant cette grande rue de long en large, ne trouvant point ce fameux poste, nous demandâmes aux âmes charitables chinoises de nous indiquer la route. Malheureusement, personne ne parle un mot d’anglais dans notre quartier folklorique et nous avons fait tous les croisements de rue pour trouver enfin à 18h le poste de police.

18h, nous entrons au poste et là, l’aventure commence. Nous prenons un ticket et attendons 5 minutes le temps qu’une gentille policewomen (nous l’appellerons Shi pour les besoins de l’histoire) nous prenne au guichet Household Registration. On lui fournit tous les papiers nécessaires, les passeports et le contrat de location. Elle nous dit ne pas parler anglais ... zut ca va être compliqué ! Elle baragouine avec ses collègues chinois, regarde et re-regarde nos passeports et nos autres documents. A ce moment, Shi cherche à rentrer en contact avec nous en anglais approximatif. Nous appelons Samuel, notre agent de location chinois, pour expliquer la situation dans sa langue. L’appel dure 2 minutes, nous reprenons Samuel au tél qui nous dit que c’est bon … Shi continue de tergiverser, regarder nos documents, s’agiter à tout va avec nos amis des forces de l’ordre, appelant untel au téléphone, puis photocopiant nos passeports, puis appelant à nouveaux, puis baragouinant avec nous … Et la patatra, on commence à comprendre ce qu’il se passe (et tadaaa, Shi parle anglais en fait … ). On ne s’est pas enregistré à la police depuis le 29/05 (départ de l’hôtel pour chez Louis) et la police n’est pas très contente de tout ca même si le minois de Shi est en mode sourire et rigole de la situation. Nous devons payer 500rmb (60€) d’amende pour retard.
Alors commence une sorte de phase d’explication de la situation, dans laquelle Shi nous demande où nous étions de telle date à telle date ... à l’hôtel, regardez on a encore la carte-taxi sur nous, appelez-les et vérifier auprès d’eux … ah oui, mais vous avez un papier qui prouve que vous y étiez … euh ben là non … et vous avez emménagé quand dans l’appart … ce week-end, on a 2jours de retard ok, mais c’est quand même pas grave si ? … ah oui et vous avez un papier qui prouve votre emménagement au 15juin, car votre contrat de location est signé au 21 mai … aaarrgghh c’est juste la date de signature du contrat, regardez là c’est écrit qu’il sera disponible qu’au 13 juin , et finalement on a emménagé que ce week end car il n’était pas dispo le 13, mais bon dieu appelez la proprio si vous voulez … ETC ETC !

La situation n’évoluant pas, se dégradant même, on décide d’appeler un collègue chinois de Max, Fan, pour discuter de la situation. Conversation téléphonique de 10 min avec Shi … Nous reprenons Fan qui nous dit de faire mine de ne rien comprendre à la situation, et de faire comme si nous ne parlions pas anglais … euh ok, alors on joue les débiles après avoir blablater en anglais, challenge accepted ! Il nous dit également que nous allons avoir une amende (de quoiiiii, pourquoiiiiii ?) de 1000kuai (ca pique quand même …), mais qu’il ne faut pas s’inquiéter, la société remboursera l’amende. Ah bon, ben d’accord alors … Shi nous dit que ca va durer 1h maintenant, nous parle quand même de cette histoire d’amende, et explique aussi que pour Aurélie elle fera rien ce soir, qu’il faudra revenir demain …  On a un peu les bouboules, mais bon on en profite quand même pour faire du tourisme dans le quartier !

On revient 1h plus tard, Shi veut que Maxime signe des papiers … on ne sait pas ce qu’on signe, c’est tout écrit en chinois, et bizarrement Shi ne sait pas traduire plus de la moitié des pages, à coup de « How can I said in English » … A nouveau, on tente de lui expliquer qu’on était enregistré, que l’amende est pas fondée (oui on reparle anglais du coup!) … mais sentant qu’on s’enfonce, on rappelle Fan, qui est avec le directeur de la compagnie, et qui ne peut être plus clair : nous devons payer les 1000kuai et partir aussi vite que possible pour ne pas avoir de gros problèmes … là ca sent le moisi ! Appuyé par le directeur de Maxime qui insiste lourdement sur le fait de ne pas avoir peur et que les frais seront pris en charge par la compagnie. Le plus important étant de sortir de cette merde !
Finalement, sur ces conseils, nous nous taisons et finissons par signer quelques papiers, dont les conversations retranscrites entre la police et nous même, le tout en chinois (idem en France). Max écrit aussi « reconnaître ce qui était écrit comme vrai, et que toutes les pages lui ont été traduites et expliqués en anglais » (bref.) ! Il reçoit son enregistrement estampillé par la police. Par contre, pour Madame Delolme, il faut revenir demain pour faire l’enregistrement, toujours impossible de le faire ce soir, et il faudra demander Sheu ce coup ci !

Petit détail, Shi m’a donné son nom et son 06 pour l’appeler le lendemain matin s’il y a un souci, et un message en chinois à faire passer à Fan … ya de l’amouuuur dans l’air ?? Peut être, parce qu’évidemment au moment où on lui a demandé de nous le traduire, elle en avait perdu son anglais …
20h01, sortie du poste de police, back home en passant faire des courses au century mart à côté de chez nous.

Le lendemain matin :
Prudent, le lendemain matin, nous allons à 9h50 au poste de police pour finaliser l’enregistrement, après une petite queue de 5min au guichet, nous redonnons tous les papiers avec passeports, contrat de loc’ et enregistrement de la veille. Et là, c’est reparti pour 20 min d’attente en voyant s’agiter les policiers sur le visa d’Aurélie et sur son permis de résidence. Nous appelons Fan une nouvelle fois pour discuter, il me dit finalement qu’il arrive sur le champ avec la responsable des ressources humaines pour nous faire sortir de ce mauvais pas.

10h10 - une policewomen (maybe Sheu ?) nous interpelle pour aller dans un bureau exigu afin de continuer l’enregistrement. Nous ne comprenons rien à ce qu’il se passe, elle nous demande l’historique de notre arrivée en Chine, si Aurélie travaille, si c’est bien ma femme etc etc, pleins de coups de fils sont passés mais rien n’y fait, nous restons dans le bureau.

10h30 – la responsable HR (Hellena) arrive en trombe dans le bureau et commence à discuter avec la Sheu. Cette dernière n’est pas contente, nous ne sommes pas enregistrés depuis le 29/05 et c’est gravissime pour la police chinoise. Pour cette fois ca passe, mais la prochaine fois c’est dehors définitivement de Chine !
Bref, après discussion, Hellena et surtout Sheu semble d’accord de nous accorder une seconde chance et de nous laisser partir en signant une 10zaines de papiers administratifs (et écrire moi aussi la fameuse phrase « je reconnais que tout est vrai et que tout m’a été traduit en anglais » …la blague !) !

11h - nous sortons avec Hellena du poste, Fan est là aussi, nous sortons sans rien payer ! Fin de l’histoire ? Nooooooon !

Voici la 2nde histoire en parallèle :
9h - nous sommes prêt et regroupons tous les papiers pour retourner au poste de police. Et là, repatatra !Max n'a plus son porte-feuille ! Il l'a laissé à côté du scooter hier soir et évidemment il n’est plus là !! Argh, la guigne, on demande au poste d’entrée du compound savoir si quelqu’un a ramené mon porte-feuille, mais non... On retourne dans le hall, demande à la concierge, aux voisins, non rien, personne ne sait où est ce porte-feuille. On retourne voir le gardien qui commence à appeler la police (stop !!!! on n’est pas enregistré !!). Finalement une voisine parlant un peu anglais nous dit qu’il me faut retourner à 13h au management office du compound pour demander si quelqu’un a retrouvé le porte-feuille et donne sa carte pour l’appeler s’il y a un souci.

Interlude à enregistrement au poste de police "le lendemain matin"

Retour du poste de police, direction le management office de la résidence donc. On demande à une personne en se faisant aider par la voisine qui parle anglais par téléphone, puis on va vers d’autres personnes qui discutent entres elles, puis nous amènent un étage plus haut dans un bureau où 5 personnes « travaillent » (enfin surtout fument et boivent des trucs bizarres). Ils ne font pas grand-chose pour nous aider tout de suite, font comme si nous n'étions pas là.. un peu strange ...
Puis il y a un policier qui demande le passeport de Maxime, le regarde sous toutes les coutures et passent des coups de fils … On demande à nouveau où est le porte-feuille, si qqun l’a ramené ou non … Les gens ne semblent pas intéressé par notre cas, évoluent autour de nous, font cuire les repas au micro-onde, fument clope sur clope, un qui nous montre un drapeau français en rigolant, … c'est un peu déstabilisant, si bien qu’on pense qu’ils ne l’ont pas retrouvés un point c’est tout. 

On finit par appeler Samuel, à qui on explique notre nouvelle péripétie, qui parle au policier présent, et qui finit par nous dire de ne pas nous inquiétez car ils l’ont ! Le policier commence à appeler le commissariat, et on pensait que c’était pour faire une déclaration de vol, mais en fait c’était pour voir si on est enregistré à la police ! OUF, nous le sommes depuis peu heureusement, et après vérification des papiers, des passeports, des visas et discussions avec le commissariat, le policier nous dit que c’est bon.

11h35 - dernier action : un homme se lève (celui qui se moquait de nous avec le drapeau français), ouvre doucement un tiroir et sort une grosse enveloppe agrafée. Il ne nous tend pas l’enveloppe, non non … il fait tranquillement le tour de la pièce à la recherche d’un ôte-agrafes, puis prend le temps de bien dégrafer agrafes par agrafes … et nous demande combien d’argent il y avait dedans ! Finalement il ouvre l’enveloppe et sort LE PORTE-FEUILLE ! On recompte vite fait l’argent sans vraiment savoir combien il y avait à la base, mais il semble y avoir le compte ! Une feuille blanche à remplir en notant « nous avons bien reçu en ce jour le porte-feuille perdu » et nous voilà enfin avec le porte-feuille à nouveau et enregistrés à la police !!! OUUUUUUUUUUUUUUF !

Finalement, tout le monde savait dès le début que le porte-feuille avait été retrouvé (certainement par les gardiens durant leur ronde) mais personne ne nous l’a dit ! C’est quand même hallucinant, au moins 10 personnes dans ce management office connaissaient l’histoire, mais tant que le policier n’avait pas vérifié nos papiers et si nous étions enregistrés à la police, pas un mot au sujet de ce fameux porte-feuille !

L’après-midi :
Plus haut, nous avons écrit que l’on avait quitté le commissariat ce matin sans payer, avec nos résident permit en poche… ça c’est ce que l’on croyait jusqu’à ce que Max retourne au travail l'aprèm, fasse un point avec Fan et le directeur, et se rende compte que tous les papiers signés par nos mains étaient les procès verbaux, qui indiquent les montants des amendes ! 100kuai pour moi, 500kuai pour Max ! 600kuai en tout, et ce n’est pas comme promis la société qui paye, mais bel et bien de notre poche qu’il va falloir payer cela !

Fin de ces petites histoires qui malgré beaucoup d’incompréhensions ont pu être résolues sans accrocs mais beaucoup de temps perdu !!